Psy Ch.II-2 jamais en retard à ses séances de psy…

me suivre

Annie Stasse

site de vente chez Artisanat thaïlandais
Enfant solitaire je me suis plongée dans les livres, j'ai du en lire plusieurs milliers, surtout sciences humaines. J'écris depuis "toujours" sur des cahiers, puis sur mon ordinateur - Mac - depuis années 1980..
Je me suis intéressée au web depuis fin des années 1990, 1er blog WP hébergé en 2005.
me suivre

Plus elle est épuisée, moins elle peut dormir et ne comprend rien à ce qu’elle entend dire : qu’il suffit d’être fatigué pour dormir ! N’est-elle donc pas assez fatiguée d’avoir couru toute la journée ? Dans les transports en commun, durant son travail, en faisant ses courses ? Avec ces déchirures constantes entre le vécu et le pensé ? Est-ce cet effort constant de maîtrise sur elle-même qui l’épuise ?
La psy l’avait arrêtée à « mon fils » mais elle ne sait plus ce qu’elle voulait dire. Son fils tenait toute la place dans sa vie. Elle avait eu pour lui à rester dans un équilibre psychique maximum, que sa souffrance ne lui apparaisse pas. Cela avait été un combat de chaque minute. De plus, il ne fallait pas qu’elle ne s’occupe que de lui, ce fils unique dont le père était indifférent, il ne fallait pas qu’il se croit le centre du monde ce qui eût été un grave handicap pour sa vie d’adulte. Il avait fallu que Lucie joue à la fois trois rôles : le rôle du père, de la mère et de la femme.

Ce contenu est réservé aux membres
Log In adhérents