Impressions d’Asie en février 2008 sur le vif

me suivre

Annie Stasse

site de vente chez Artisanat thaïlandais
Enfant solitaire je me suis plongée dans les livres, j'ai du en lire plusieurs milliers, surtout sciences humaines. J'écris depuis "toujours" sur des cahiers, puis sur mon ordinateur - Mac - depuis années 1980..
Je me suis intéressée au web depuis fin des années 1990, 1er blog WP hébergé en 2005.
me suivre

Comment dire/écrire ce que je ressens depuis mon retour ? C’est dans le corps autant que dans la tête.

D’abord ce n’est pas le climat qui me perturbe, bien sûr nous ne vivons pas pareil s’il fait 40° ou 5° dehors. A 30/40° les gens vivent dehors, et là  est la différence, pas dans la différence de température. Ici les gens vivent dedans, cachés. Là-bas ils vivent ensemble, pas chacun dans sa case, observant depuis sa case comment l’autre vit quand il sort de chez lui “pour faire quelque chose” dedans on est censé ne rien faire ! Ne rien faire donc c’est :

Lire dans un fauteuil ou dans son lit,

lire n’étant compris que comme de la distraction alors que c’est, pour moi, d’abord apprendre, tout dépend de ce qu’on lit : des romans roses ou de la littérature, ou des études sur l’histoire ou la géographie ou la politique (pas sur la vie people/privé des politiques) ou l’économie (là  pour comprendre mieux comment le monde tourne). On peut aussi écouter la radio pour les mêmes raisons.

Lire la suite

Quelle chance j’ai eu de voyager dès les années 40/50

me suivre

Annie Stasse

site de vente chez Artisanat thaïlandais
Enfant solitaire je me suis plongée dans les livres, j'ai du en lire plusieurs milliers, surtout sciences humaines. J'écris depuis "toujours" sur des cahiers, puis sur mon ordinateur - Mac - depuis années 1980..
Je me suis intéressée au web depuis fin des années 1990, 1er blog WP hébergé en 2005.
me suivre

Le tourisme de masse est une véritable catastrophe, on doit dire et répéter qu’il faut s’en détourner. citation trouvée sur le net. Je suis moi-même épouvantée par l’envahissement des touristes avec son corolaire les habitants réguliers qui n’ont qu’une envie : ne plus en voir un seul et plus jamais. Quelle chance j’ai eu de … Lire la suite