Psy Ch.II-2 jamais en retard à ses séances de psy…

Plus elle est épuisée, moins elle peut dormir et ne comprend rien à ce qu’elle entend dire : qu’il suffit d’être fatigué pour dormir ! N’est-elle donc pas assez fatiguée d’avoir couru toute la journée ? Dans les transports en commun, durant son travail, en faisant ses courses ? Avec ces déchirures constantes entre le vécu et le pensé ? Est-ce cet effort constant de maîtrise sur elle-même qui l’épuise ?
La psy l’avait arrêtée à « mon fils » mais elle ne sait plus ce qu’elle voulait dire. Son fils tenait toute la place dans sa vie. Elle avait eu pour lui à rester dans un équilibre psychique maximum, que sa souffrance ne lui apparaisse pas. Cela avait été un combat de chaque minute. De plus, il ne fallait pas qu’elle ne s’occupe que de lui, ce fils unique dont le père était indifférent, il ne fallait pas qu’il se croit le centre du monde ce qui eût été un grave handicap pour sa vie d’adulte. Il avait fallu que Lucie joue à la fois trois rôles : le rôle du père, de la mère et de la femme.

Ce contenu est réservé aux membres
Log In adhérents

Psy Ch.II-1 Plus elle est épuisée, moins elle peut dormir

Chapitre 2

Ce matin, comme d’habitude, elle est en retard : courant, transpirant, essoufflée. Elle arrive au bureau en retard. Mais qu’est-ce qu’elle fait le matin ? Se lève-t-elle assez tôt ? Ni trop, ni trop peu. En effet, souvent, elle n’arrive pas à s’endormir le soir. Il faut donc que le temps des heures de sommeil concilie le repos minimum et qu’il en reste en suffisance le matin pour lui permettre d’avaler plus qu’un café soluble, se laver rapidement (complétant la veille au soir ; le week-end elle prenait tout le temps sous la douche et/ou dans la baignoire), choisir ses vêtements pour avoir un style BCBG, se farder légèrement les yeux et les pommettes (jamais de rouge à lèvres), et enfin ouvrir la porte et s’enfuir à travers les couloirs et les escaliers de l’immeuble pour aller gagner le transport en commun le plus proche.

Ce contenu est réservé aux membres
Log In adhérents

L’imposture de la tomate italienne

De mère et culture italiennes voilà qui m’a fait sauter sur France-Inter, quoique je n’achète jamais de tomates hors saison dans les grandes surfaces (ou ailleurs), mais il m’arrive (1 à 2 fois par an) de me servir de concentré de tomates ou de tomates pelées, concernant la Ketchup je n’achète que de la bio, mais n’ai pas regardé la provenance des tomates…  :

Des tomates que l’on croit italiennes mais qui viennent de Chine, une législation très souple, des barils de concentré de tomates pleins de vers, des activités “agro-mafieuses” qui rapportent gros en Italie… Jean-Baptiste Malet publie son enquête à travers le monde et suit les différents trajets d’une tomate avant d’arriver dans notre assiette. Continuer la lecture de « L’imposture de la tomate italienne »

12 fraisiers en permaculture

fraises sous fraisiers 25-05-17
fraises sous fraisiers 25-05-17

Je commence par rappeler que je vis seule et que donc les quantités que je cultive sont en conséquence, n’ayant aucune ambition de nourrir tous les voisins ni d’en faire le commerce.

Ainsi mes douze pieds de fraisiers me suffisent.

Mon terrain est infâme : la pierre calcaire (belle d’ailleurs) affleure à 10/20 cm. La terre qui la recouvre est inégale, un mélange de calcaire et de terre de remblai.

J’ai fait des tas d’essais pour les fraisiers, dont en boites comme pour les tomates. Je n’ai pris aucune photo, et j’ai bien failli abandonner, mais sans doute têtue j’ai persisté en renouvelant mes manières. Je les ai mises en pleine terre depuis quelques années, puis déplacées d’un lieu à un autre ; elles sont stables depuis environ 2 ans. Lieu ensoleillé jusqu’au début de l’après-midi, à l’ombre ensuite. Récolte non probante en 2015-2016.

Recouvrement de feuilles en hiver 2016/2017

Continuer la lecture de « 12 fraisiers en permaculture »

Les véganes haïssent chats et oiseaux

hérisson gambadant dans mon jardin
hérisson gambadant dans mon jardin

Les véganes ont choisi comme mode de vie de ne pas consommer tout ce qui touche de près ou de loin aux animaux. Non seulement ils ne mangent plus de viande, ni de lait, mais aussi se chaussent de coton, de plastique…

En général ils adorent les animaux domestiques qu’ils tiennent enfermés chez eux. Leurs préférés étant les chats.

Ceci est contre nature pour les chats ; les chats sont avant tout des êtres jamais apprivoisés qui aiment par dessus tout leur liberté, les tenir enfermés entre quatre murs est un vrai supplice, contre la nature des chats. C’est une attitude égoïste de la part de leur propriétaire qui veut les avoir tout pour eux, mais ne pensent pas au bien être du chat. Ceci est surtout valable en ville. J’ai vu des chats grimper au mur ou aux rideaux par manquent d’exercice, aussi parce qu’ils étaient devenus à moitié cinglés d’être tenus ainsi enfermés sans aucune possibilité de sortir. Continuer la lecture de « Les véganes haïssent chats et oiseaux »

Psy Ch.I-3 Que dire en séance de psy ?

La séance dure entre six et dix minutes. Qui parle ? Uniquement Lucie, sauf si le téléphone sonne et qu’elle décroche. Au milieu d’une phrase commencée difficilement par Lucie, la psy stoppe net : « C’est tout pour aujourd’hui. ». Au revoir, à la prochaine fois. Frustration qui laisse Lucie en suspens jusqu’à la séance suivante, deux jours plus tard. Jours durant lesquels Lucie va éplucher la moindre de ses pensées, aller chercher au plus profond de l’enfoui ce qui s’y cache depuis « toujours ». Dépiauter chacun de ses gestes, s’espionner elle-même sans fin. Épuisant. Des psys prennent des notes au fil des mots du patient, quel est le contenu de ces notes ? sans doute très personnel selon chaque psy : soit aide-mémoire, soit point clé de la vie de tel patient. Un psy écoutant plusieurs patients par jour il faut mieux ne pas mélanger la vie de l’un avec celle de l’autre !
C’est fou ce qui peut se passer en quelques minutes.

Ce contenu est réservé aux membres
Log In adhérents

Tomates 3 – Plantation des tomates, tuteurs, emplacements

plant tomates st pierre
plant tomates st pierre

Il y a quelques jours j’ai groupé tous mes tuteurs du petit au grand qui sont tous en bambou et je les ai trempé dans ma baignoire dans un mélange d’eau, de javel, et de savon noir, j’ai rincé et recommencé une 2ème fois. Il fallait absolument désinfecter tous ces tuteurs qui pouvaient porter encore des germes divers, et le faire tuteur par tuteur est vraiment long et pénible.

Hier voyant que la météo nous indiquait que le temps s’inclinait définitivement vers du beau je m’y suis mise. Beau étant relatif : pluie, orageux, soleil, pluie. Eh vi nous sommes en climat tempéré, base que beaucoup d’habitants oublient bien qu’ils aient du l’apprendre à l’école et surtout le vivre depuis leur naissance. Continuer la lecture de « Tomates 3 – Plantation des tomates, tuteurs, emplacements »

Psy Ch.I-2 Elle commence la recherche d’un psy…

Si bien que, selon son penchant naturel, Lucie écoutait les récits et commentaires divers et variés qu’elle entendait à propos d’une autre collègue, de l’autre collaborateur, du P-D.G., du fils de la collègue, de son mari… Le tout n’était pas toujours bienveillant.
Mme Lesieur aussi avait quelques aventures, quelques hommes à séduire, bien que mariée.
Toute cette hypocrisie dégoûtait Lucie.
Le patron, lui, n’était pas hypocrite : il était ouvertement raciste, parlait avec mépris et provocation des petits Mexicains qui « avaient grouillé dans ses jambes » lors d’un voyage et qu’il aurait « bien étranglés de ses mains ». Il était plus que vieillissant, rouge, suant, laid, gros et petit il arrive à l’épaule de Lucie. Sa femme «était aussi laide que lui mais en maigre. Il était un peu comme la grenouille de la fable. Gonflé de vanité par sa réussite, il méprisait tout autre qui n’était pas P-D.G. Sans diplôme, il avait grimpé les échelons victorieusement. Se rendait-il compte que d’autres, bardés de diplômes et de relations, s’étaient servis de lui à un tournant de la stratégie de l’entreprise américaine ?

Ce contenu est réservé aux membres
Log In adhérents

Tomates 2 – Semis : variétés, contenants, calendrier

La base de tout est le choix des graines qui doivent remplir différentes conditions :

semis tomate fin avril 2017

  • pas de F1 : curieux tout le monde en veut ! C’est une grossière erreur car cela raréfie les variétés. Les F1 sont des graines fabriquées industriellement, oublie des anciennes variétés qui sont par plusieurs centaines, les F1 se cantonnant à dizaines.
  • choix de son producteur de graines (tomates et légumes en général) : le mien est bio et artisanal, ce qui ne l’empêche pas de se vendre sur le net.
  • quant au choix des variétés cela devient très personnel. Mes choix varient d’une année sur l’autre. Mes bases sont : récoltes du précoce au tardif, du miniature au gros format, de l’orange au vert, de l’ancien au traditionnel, etc… impossible d’énumérer ici les genres infinis des tomates.

Continuer la lecture de « Tomates 2 – Semis : variétés, contenants, calendrier »

Tomates 1 – mes différentes manières de cultiver les tomates

plants de tomates en caisseD’abord le contexte : mon jardin est petit, environ 100 m², je vis seule, je veux y mettre tant des légumes que des fleurs et buissons à fleurs.

Dans un autre billet je vous dirai comment j’ai organisé le terrain qui n’était que vague à mon arrivée.

Donc quand il fut question de planter des tomates j’essayais différentes possibilités, compte tenu que mes priorités étaient : peu, plaisir à le faire, suffisantes pour ma consommation, et bio pour justement éviter ceux que l’on trouve partout ailleurs. Déjà j’ai un excellent producteur de semences bio. Je vous parlerai aussi de mes succès et défaites de semis… Continuer la lecture de « Tomates 1 – mes différentes manières de cultiver les tomates »