Mr Smith au sénat de Capra vu par Cynthia Fleury

claude_rains_and_james_stewart_in_mr._smith_goes_to_washington_1939
claude_rains_and_james_stewart_in_mr._smith_goes_to_washington_1939

Jefferson Smith, le héros de M. Smith au Sénat, à la fois « Jefferson » (un destin politique exceptionnel) et Smith (un citoyen lambda, un Monsieur tout le monde). Comment ce personnage, par-delà les obstacles dressés par une presse destructrice et un fonctionnement démocratique gangrené par la corruption, va-t-il transfigurer son émerveillement naïf en force, et sauver la démocratie ?

 

 

Le texte du jour

Les mensonges ont toujours été considérés comme des outils nécessaires et légitimes, non seulement du métier de politicien ou de démagogue mais aussi de celui d’homme d’État. […]

Si nous concevons l’action politique en termes de moyens et de fins, nous pouvons même parvenir à la conclusion, qui n’est paradoxale qu’en apparence, que le mensonge peut fort bien servir à établir ou à sauvegarder les conditions de la recherche de la vérité […] Et les mensonges puisqu’ils sont souvent utilisés comme des substituts de moyens plus violents, peuvent aisément être considérés comme des instruments relativement inoffensifs dans l’arsenal de l’action politique. […]

Et si nous songeons à présent aux vérités de fait – à des vérités aussi modestes que le rôle, durant la Révolution russe, d’un homme du nom de Trotski qui n’apparaît dans aucun des livres d’histoire de la Russie soviétique – nous voyons immédiatement combien elles sont plus vulnérables que toutes les espèces de vérités rationnelles prises ensemble. […] Les chances qu’a la vérité de fait de survivre à l’assaut du pouvoir sont effectivement très minces ; elle est toujours en danger d’être mise hors du monde, par des manœuvres, non seulement pour un temps, mais virtuellement pour toujours. Les faits et les événements sont des choses infiniment plus fragiles que les axiomes, les découvertes et les théories – même les plus follement spéculatives – produits pas l’esprit humain ; ils adviennent dans le champ perpétuellement changeant des affaires humaines, dans leur flux où rien n’est plus permanent que la permanence, relative, comme on sait, de la structure de l’esprit humain. Une fois perdus, aucun effort rationnel ne les ramènera jamais.

Hannah Arendt, La crise de la culture, « Vérité et politique », Gallimard, parution 1961, pp.289-295

me suivre

Annie Stasse

site de vente chez Artisanat thaïlandais
Enfant solitaire je me suis plongée dans les livres, j'ai du en lire plusieurs milliers, surtout sciences humaines. J'écris depuis "toujours" sur des cahiers, puis sur mon ordinateur - Mac - depuis années 1980..
Je me suis intéressée au web depuis fin des années 1990, 1er blog WP hébergé en 2005.
me suivre

Laisser un commentaire