« Le Plan B comme Broutille » Frédéric Lordon appelle à la sortie de l’euro !

« Si elle n’avait pas peur de son ombre, c’est la Gauche qui pourrait porter une différence politiquement digne. La différence de la sortie de l’euro, la différence de la souveraineté démocratique restaurée, la différence du verrou à toute politique progressiste possible enfin tiré, la différence de l’internationalisme réel. Si elle se libère de tous les interdits imaginaires, et de toutes les inconséquences qui ont jusqu’ ici terriblement pesées sur la question de l’euro, le plan B n’a pas d’autre sens que d’être le porteur historique de cette différence, et au point où nous en sommes disons le avec emphase le … Lire la suite…

Départ massif de Syriza de la jeunesse Grecque

Préambule – je ne reproduis jamais d’article de Mediapart, mais celui-ci me parait essentiel pour les Européens et les Français en particulier. Il renvoie à des articles en grec et en anglais intéressants que je n’ai pas le courage de traduire, c’est pourquoi je reproduis celui-ci. Il va dans le sens de la sortie de l’euro. La signature du troisième mémorandum d’austérité entre Athènes et ses partenaires européens n’a pas seulement déchiré le parti d’Alexis Tsipras. Il a aussi provoqué un départ massif – estimé à 60 % – au sein de l’organisation de jeunesse de Syriza. Alors que la … Lire la suite…

Pour la rupture avec l’euro et l’Union Européenne une pétition

À contrario de Jean-Luc Mélenchon, Raoul Marc Jennar est des plus clair : il prône depuis plusieurs mois la rupture avec l’UE et l’euro, c’est le plan B à appliquer immédiatement et non précédé, comme celui de Mélenchon, d’une discussion avec l’Eurogroupe qui refuse toute démocratie (1), discussion qui ferait perdre : temps, énergie, mobilisation. C’est dans ce cadre que Raoul Marc Jennar critique la position de Varoufakis dans un billet du 10 septembre 2015 (2) : Étrangement, celui qui dénonce de manière irréfutable la volonté de l’Eurogroupe d’empêcher toute alternative, se résigne à affirmer lui aussi qu’il n’y a … Lire la suite…

Kouvelakis : sortie de l’euro « Récupérer la souveraineté »

Vous évoquiez « l’intransigeance » des institutions… Sur la sortie de l’euro, êtes-vous tous d’accord au sein d’Unité populaire ? Stathis Kouvelakis. Oui, nous pensons qu’il faut nous préparer pour la sortie de l’euro. C’est absolument clair ! Le programme d’Unité populaire est finalisé, il sera rendu public à la fin de la semaine. La préparation de la sortie de l’euro est un point fondamental. Cette question comporte plusieurs aspects. Le premier, c’est évidemment la récupération de la souveraineté politique dans le cadre où un gouvernement se retrouve confronté à la sainte-alliance de toutes les puissances néolibérales. Dépourvu de l’outil monétaire, on l’a vu, … Lire la suite…

Grèce : « L’Unité populaire » est née !

Tôt dans la matinée (du 21/08/15 ndrl), 25 députés de SYRIZA ont quitté le groupe parlementaire de leur parti pour créer un nouveau groupe sous le nom d’Unité Populaire. La plupart de ces députés sont affiliés à la plateforme de gauche, mais d’autres également se sont joints comme Vangelis Diamantopoulos ou Rachel Makri, un proche collaborateur de Zoe Kostantopoulou. C’est une évolution majeure dans la politique grecque, mais aussi pour la gauche radicale, en Grèce et à un niveau international. Trois éléments doivent être soulignés. Le premier est que « Unité Populaire » est le nom du nouveau front politique qui regroupera … Lire la suite…

La plateforme de gauche répond à Alexis Tsipras

Suite à la démission d’Alexis Tsipras et à l’annonce d’élections législatives anticipées en Grèce le 20 septembre prochain, la plateforme de gauche de Syriza a publié la réponse suivante. La plateforme de gauche répond à Alexis Tsipras Lors de son discours annonçant des élections anticipées, Alexis Tsipras est apparu avec un autre visage, complètement et radicalement opposé à ce qu’étaient jusqu’alors les engagements et les combats de Syriza. La première et principale promesse d’Alexis Tsipras a été l’acquiescement au troisième Mémorandum d’austérité et de dure servitude du pays, un Mémorandum qu’il a accepté de signer sans consulter les membres et … Lire la suite…

À Podemos : l’UE n’est pas la solution, c’est le problème, R. M. Jennar

A mes amis et camarades de Podemos, Je me permets de vous écrire parce que vous portez une responsabilité historique. Et que la défaite que tous ceux qui aspirent à une société plus démocratique, plus juste, plus humaine viennent de subir avec l’accord du 13 juillet sur la Grèce, est une catastrophe pas seulement pour le peuple grec, mais pour tous les peuples d’Europe. Première question « Pourquoi Tsipras a accepté un accord plus grave que celui rejeté par référendum une semaine plus tôt ? » Parce que le « non » du 5 juillet se voulait en même temps un « oui » à l’Union européenne … Lire la suite…

L’ordolibéralisme de l’Allemagne contre l’Europe

D’emblée je parle d’échec pour la Grèce et donc pour l’Europe ainsi on voit où je me place : du côté opposé au libéralisme, pour que la répartition soit juste. J’étais déjà pour la sortie de l’euro car adepte de F. Lordon depuis longtemps, et constatant les dégâts que fait l’euro dans la vie des gens, des pauvres particulièrement – et c’est la raison de leur vote Front National, les classes moyennes n’ayant pas trop à s’en plaindre, elles. Je n’étais pas très enthousiaste sur cette Europe puisque j’avais milité et voté non en 2005. Mais on dirait que la … Lire la suite…

La gauche et l’euro, Frédéric Lordon, extraits

Je sélectionne ici les extraits que je trouve les plus signifiants de l’article de Frédéric Lordon paru le 18 juillet 2015 sur le Monde diplomatique. (…) Depuis tant d’années, certains secteurs de la gauche, par un mélange d’internationalisme postural et de reddition sans combattre face aux menées récupératrices du Front national, ont refusé de voir ce qui était pourtant sous leurs yeux : un despotisme économique irréductible. Despotisme, puisqu’on ne peut nommer autrement une entreprise aussi résolue de négation de la souveraineté démocratique, et ceci, d’ailleurs, indépendamment de toute considération d’échelle territoriale : soustraire la politique économique à la délibération parlementaire ordinaire … Lire la suite…