Après le Brexit, petites réflexions sur le délitement de l’UE et sur la géopolitique en général

carte du brexit

Après que la Grande-Bretagne ait choisi par 52% la sortie de l’UE, contre 48% pour s’y maintenir, certains ne s’en remettent toujours pas. La plupart de ceux-là sont banquiers, financiers, investisseurs, agences de notation, spéculateurs, médias dominants, hauts fonctionnaires, marchés boursiers, et responsables de l’establishment européen qui ont manifestement mal organisé leur coup. En effet, c’est l’inverse qui était prévu et le résultat n’est pas ressorti selon ce que cette oligarchie attendait. Depuis lors, que n’a-t-il fallu entendre et lire comme commentaires méprisants à l’égard de ceux qui avaient osé choisir le Brexit ! Le lendemain du vote, France2 avait invité … Lire la suite…

Raz-de-marée FN : à force de prendre les électeurs pour des imbéciles…

A force de prendre les électeurs pour des imbéciles A force de prendre les électeurs pour des imbéciles, les réalités reviennent comme un boomerang à la figure de ceux qui ont voulu les occulter. La dégradation manifeste de la situation économique a été systématiquement minimisée, maquillée. Dans la réalité, on décompte aujourd’hui 5,7 millions de chômeurs toutes catégories confondues, dont seulement 3 millions environ reçoivent des indemnisations. Plus de 2,4 millions de personnes touchent le RSA. On évalue à 1,3 millions le nombre de personnes sans travail qui ne touchent aucune aide sociale (que les économistes appellent le halo du … Lire la suite…

Départ massif de Syriza de la jeunesse Grecque

Préambule – je ne reproduis jamais d’article de Mediapart, mais celui-ci me parait essentiel pour les Européens et les Français en particulier. Il renvoie à des articles en grec et en anglais intéressants que je n’ai pas le courage de traduire, c’est pourquoi je reproduis celui-ci. Il va dans le sens de la sortie de l’euro. La signature du troisième mémorandum d’austérité entre Athènes et ses partenaires européens n’a pas seulement déchiré le parti d’Alexis Tsipras. Il a aussi provoqué un départ massif – estimé à 60 % – au sein de l’organisation de jeunesse de Syriza. Alors que la … Lire la suite…

Un aveuglement supplémentaire : plan B de Mélenchon

Voilà que vient de paraitre un plan B avec des signatures : le Français Jean-Luc Mélenchon, l’Italien Stefano Fassina, les Grecs Zoe Konstantopoulou et Yanis Varoufakis, et l’Allemand Oskar Lafontaine s’associent et proposent (1) : la tenue d’un sommet international pour un plan B en Europe, ouvert aux citoyens volontaires, organisations et intellectuels. Cette conférence pourrait avoir lieu dès Novembre 2015. Nous lancerons ce processus samedi 12 Septembre lors de la Fête de l’Humanité. Dans le texte on peut lire que le principal est un plan A dont il faut s’armer pour : « travailler dans chacun de nos pays, et … Lire la suite…

De Karl Marx à Jean Jaurès, Henri Lefebvre : le « réformisme révolutionnaire »

Accoucher d’un nouveau monde : au « forceps » ou « sans douleurs » ? Telle l’une des questions fondamentales aujourd’hui posées. L’exemple grec tendrait à plaider pour le « forceps ». Pour changer de mode de production (de monde de la production), l’accouchement « sans douleurs » historiquement parlant n’a pas la cote. La Révolution française a été violente. Le peuple alors noyé dans les eaux glacées du calcul égoïste d’une royauté absolue a été contraint de recourir à la violence. En réponse à une autre violence donc, et on a alors coupé des têtes. Non par une volonté délibérée, mais en réaction précisément à cette autre violence. Ce … Lire la suite…

Costas Lapavitsas 2/12/2011 : l’euro est un instrument de l’impérialisme

En ce temps-là le président de la République française était Nicolas Sarkozy. Angela Merkel déjà chancelière fédéral allemand (22/11/2005). Costas Lapavitsas était député de l’aile gauche de Syriza. Dans le contexte de l’époque nous étions encore tout occupé à la crise de 2008 en Europe, prolongement de celle aux EU de 2007. Le titre d’origine de l’article étant : Nous n’avons pas intérêt à sauver l’union monétaire n’aurait pas été compris maintenant en sept 2015. J’ai donc cherché un titre en fonction de l’actualité, et l’ai trouvé dans son interview avec ses mots. Après l’accord de l’Eurogroupe (où se réunissent, … Lire la suite…

La plateforme de gauche répond à Alexis Tsipras

Suite à la démission d’Alexis Tsipras et à l’annonce d’élections législatives anticipées en Grèce le 20 septembre prochain, la plateforme de gauche de Syriza a publié la réponse suivante. La plateforme de gauche répond à Alexis Tsipras Lors de son discours annonçant des élections anticipées, Alexis Tsipras est apparu avec un autre visage, complètement et radicalement opposé à ce qu’étaient jusqu’alors les engagements et les combats de Syriza. La première et principale promesse d’Alexis Tsipras a été l’acquiescement au troisième Mémorandum d’austérité et de dure servitude du pays, un Mémorandum qu’il a accepté de signer sans consulter les membres et … Lire la suite…

Emmanuel Todd: «L’Europe s’autodétruit sous la direction allemande»

Pour le démographe et anthropologue français, l’Europe est en train de scissionner par le milieu : nord contre sud. Si son intransigeance insupporte une partie des opinions publiques européennes, Alexis Tsipras s’est gagné en retour la sympathie de nombreux supporters par-delà ses frontières nationales. Par empathie pour le petit peuple grec, qui ploie sous des mesures d’austérité jugées scélérates ? Sans doute. Mais n’incarnerait-il pas, aux yeux de ceux qui l’admirent, quelque chose de plus vaste, qui ressemblerait au combat d’un David, fort de son histoire et de sa culture, face au géant froid de Bruxelles, convaincu que la Raison est la … Lire la suite…