Après le Brexit, petites réflexions sur le délitement de l’UE et sur la géopolitique en général

carte du brexit

Après que la Grande-Bretagne ait choisi par 52% la sortie de l’UE, contre 48% pour s’y maintenir, certains ne s’en remettent toujours pas. La plupart de ceux-là sont banquiers, financiers, investisseurs, agences de notation, spéculateurs, médias dominants, hauts fonctionnaires, marchés boursiers, et responsables de l’establishment européen qui ont manifestement mal organisé leur coup. En effet, c’est l’inverse qui était prévu et le résultat n’est pas ressorti selon ce que cette oligarchie attendait. Depuis lors, que n’a-t-il fallu entendre et lire comme commentaires méprisants à l’égard de ceux qui avaient osé choisir le Brexit ! Le lendemain du vote, France2 avait invité … Lire la suite…

Le Pen et le FN contre la sortie de l’Euro et de l’Union Européenne

Le Pen et le FN contre la sortie de l’Euro et de l’Union Européenne, pour l’austérité et l’ultra libéralisme. Le FN n’est pas pour sortir de l’euro. Ce n’est pas une nouveauté, il n’a jamais été pour,  lui qui par exemple n’a pas voté contre l’Acte Unique, contrairement aux communistes. La nouveauté c’est que désormais Marine Le Pen revendique ouvertement ne pas vouloir sortir de l’euro. A l’issue d’un séminaire rassemblant les dirigeants du Front National au début du mois de février, le sénateur maire FN de Fréjus David Rachiline précise qu’il est « faux » de dire que « le FN veut … Lire la suite…

Piketty face à Lordon chez Taddéi

Révisons révisons… nous n’en n’aurons jamais fini sur les rapports de la propriété et du capital. Ils ne sont pas tout à fait d’accord. IL est vrai que je penche pour Lordon… et que le livre de Piketty m’a largement déçue : j’en attendais, selon les échos internationaux, des merveilles ; m’a manqué qu’il n’y ait pas de raisonnement politique pour le sous-tendre, et j’ai même appris que Piketty n’avait pas -encore- lu Marx ! Accrochez-vous ça dure 1heure1/2 mais ça vaut le coup, c’était le 18 avril 2015. Au fait cerise sur le gâteau : Sorman qui ne comprend … Lire la suite…

Costas Lapavitsas 2/12/2011 : l’euro est un instrument de l’impérialisme

En ce temps-là le président de la République française était Nicolas Sarkozy. Angela Merkel déjà chancelière fédéral allemand (22/11/2005). Costas Lapavitsas était député de l’aile gauche de Syriza. Dans le contexte de l’époque nous étions encore tout occupé à la crise de 2008 en Europe, prolongement de celle aux EU de 2007. Le titre d’origine de l’article étant : Nous n’avons pas intérêt à sauver l’union monétaire n’aurait pas été compris maintenant en sept 2015. J’ai donc cherché un titre en fonction de l’actualité, et l’ai trouvé dans son interview avec ses mots. Après l’accord de l’Eurogroupe (où se réunissent, … Lire la suite…