Nous, Occidentaux, bombardons, affamons, appuyons les régimes de dictature

La xénophobie est à distinguer du racisme en cela que le premier correspond à de l’hostilité vis-à-vis des étrangers, tandis que le racisme correspond à une théorie qui professe que l’autre est inférieur. Il s’agit bien là de xénophobie dans toute l’Europe (sauf dirait-on de la part de l’Allemagne) pour refuser tout accueil aux réfugiés fuyant la guerre et/ou les régimes totalitaires qu’ils subissent dans leur pays. Il me semble qu’il faudrait d’abord dire et affirmer fort que tout humain n’a qu’un désir : rester chez soi, dans sa maison, avec sa famille, ses voisins, ses habitudes de vie, ses … Lire la suite…

Costas Lapavitsas 2/12/2011 : l’euro est un instrument de l’impérialisme

En ce temps-là le président de la République française était Nicolas Sarkozy. Angela Merkel déjà chancelière fédéral allemand (22/11/2005). Costas Lapavitsas était député de l’aile gauche de Syriza. Dans le contexte de l’époque nous étions encore tout occupé à la crise de 2008 en Europe, prolongement de celle aux EU de 2007. Le titre d’origine de l’article étant : Nous n’avons pas intérêt à sauver l’union monétaire n’aurait pas été compris maintenant en sept 2015. J’ai donc cherché un titre en fonction de l’actualité, et l’ai trouvé dans son interview avec ses mots. Après l’accord de l’Eurogroupe (où se réunissent, … Lire la suite…

L’ordolibéralisme de l’Allemagne contre l’Europe

D’emblée je parle d’échec pour la Grèce et donc pour l’Europe ainsi on voit où je me place : du côté opposé au libéralisme, pour que la répartition soit juste. J’étais déjà pour la sortie de l’euro car adepte de F. Lordon depuis longtemps, et constatant les dégâts que fait l’euro dans la vie des gens, des pauvres particulièrement – et c’est la raison de leur vote Front National, les classes moyennes n’ayant pas trop à s’en plaindre, elles. Je n’étais pas très enthousiaste sur cette Europe puisque j’avais milité et voté non en 2005. Mais on dirait que la … Lire la suite…

Emmanuel Todd: «L’Europe s’autodétruit sous la direction allemande»

Pour le démographe et anthropologue français, l’Europe est en train de scissionner par le milieu : nord contre sud. Si son intransigeance insupporte une partie des opinions publiques européennes, Alexis Tsipras s’est gagné en retour la sympathie de nombreux supporters par-delà ses frontières nationales. Par empathie pour le petit peuple grec, qui ploie sous des mesures d’austérité jugées scélérates ? Sans doute. Mais n’incarnerait-il pas, aux yeux de ceux qui l’admirent, quelque chose de plus vaste, qui ressemblerait au combat d’un David, fort de son histoire et de sa culture, face au géant froid de Bruxelles, convaincu que la Raison est la … Lire la suite…

La gauche et l’euro, Frédéric Lordon, extraits

Je sélectionne ici les extraits que je trouve les plus signifiants de l’article de Frédéric Lordon paru le 18 juillet 2015 sur le Monde diplomatique. (…) Depuis tant d’années, certains secteurs de la gauche, par un mélange d’internationalisme postural et de reddition sans combattre face aux menées récupératrices du Front national, ont refusé de voir ce qui était pourtant sous leurs yeux : un despotisme économique irréductible. Despotisme, puisqu’on ne peut nommer autrement une entreprise aussi résolue de négation de la souveraineté démocratique, et ceci, d’ailleurs, indépendamment de toute considération d’échelle territoriale : soustraire la politique économique à la délibération parlementaire ordinaire … Lire la suite…