La France condamnée pour avoir refusé une adoption à une homosexuelle

STRASBOURG (Conseil Europe), 22 jan 2008 (AFP) – La Cour européenne des droits de l’homme a condamné la France mardi pour avoir refusé une adoption à une enseignante homosexuelle, estimant qu’elle avait été injustement victime de discrimination. »C’est une victoire de l’Egalité sur la peur, le préjugé et l’ignorance », s’est félicitée l’avocate parisienne de l’enseignante, Me Caroline Mécary.L’arrêt aura des conséquences importantes pour tous les célibataires homosexuels car désormais « la France ne peut plus refuser un agrément à une personne célibataire en raison de son homosexualité et il en sera de même pour tous les autres pays membres du Conseil de l’Europe », souligne-t-elle.Dans son arrêt, la Cour européenne « considère que la requérante a fait l’objet d’une différence de traitement » et souligne que cette différence qui se rapporte uniquement à l’orientation sexuelle « constitue une discrimination au regard de la Convention ».Par dix voix contre sept, les juges européens de la Grande chambre ont conclu à la violation de l’article 14 (interdiction de la discrimination) combiné avec l’article 8 (droit au respect de la vie privée et familiale) de la Convention européenne des droits de l’homme. Ils ont alloué 10.000 euros à la plaignante pour dommage moral.L’arrêt précise que « le refus d’agrément opposé à une femme en raison de son homosexualité constitue une atteinte à la vie privée et familiale, que cette atteinte est discriminatoire car fondée sur l’orientation sexuelle et qu’elle n’est ni justifiée, ni objective, ni nécessaire dans un Etat démocratique », selon l’analyse de l’avocate.La requérante, qui protège son anonymat sous les initiales E.B., est institutrice dans une école maternelle dans le Jura. Aujourd’hui âgée de 45 ans, elle vit depuis 1990 avec une psychologue.Souhaitant adopter un enfant, elle essuya un refus des services départementaux qui invoquèrent un défaut de « repères identificatoires » dû à l’absence de référent paternel et l’ambiguïté de sa compagne par rapport à une éventuelle adoption.Les juridictions françaises confirmèrent le refus d’adoption en assurant que leur décision avait tenu compte des besoins et de l’intérêt d’un enfant adopté.Neuf pays européens (Allemagne, Belgique, Danemark, Espagne, Islande, Norvège, Pays-Bas, Royaume-Uni et Suède) admettent l’adoption par des couples homosexuels ou homosexuelles.

Ceci est le copier/coller d’un mail qu’une copine m’a fait parvenir, je lui ai demande la permission elle fut enthousiaste pour que je le publie…J’avoue que pour ma part je saute de joie, j’attends (j’ai meme milite pour) depuis le debut des annees 60 (tient 68 qui repointe son nez : je ne me lasserai jamais de dire que c’est pas 1 mois mais 20 ans qui changerent nos moeurs… encore c’est pas fini). Et pour les mecs ?

  • l’homosexualite n’est pas contagieuse sinon l’hetero le serait aussi :mrgreen:
  • tous les parents hetero sont-ils des bons parents ?
  • Articles relatifs

    Avec mots-clefs , .Lien pour marque-pages : permalien.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>